Les discussions de comptoir…sur la future star du tennis mondial

Tennis conversations comptoir

Les discussions de comptoir…sur la future star du tennis mondial

Les discussions de comptoir consistent généralement à faire une annonce tranchée et définitive sur des évènements qui auront lieu dans de longues années.

“Nick Kyrgios sera numéro un mondial c’est certain”

“Dominic Thiem gagnera Roland Garros, ça ne fait pas l’ombre d’un doute”

Moi le premier je me surprends à affirmer de manière péremptoire ma vision du circuit ATP dans 10 ans. C’est facile, au fond personne ne fera le suivi de ce que j’avais dit 10 ans auparavant.

Pourtant, le tennis nous encourage à avoir beaucoup d’humilité face à l’avenir. A de maintes reprises des événements vraiment exceptionnels on eu lieu :

  • L’année dernière Pouille a gagné plus de 70 places sur le circuit ATP.
  • Quand Agassi et Sampras ont pris leur retraite, la très grande majorité des analystes du circuit confiaient qu’on ne verrait pas de sitôt des joueurs de cette facture. Regardez ce qui a succédé : Federer, Nadal, Djokovic. Tous les 3 ont gagné plus de 10 Grands Chelems avec un niveau de concurrence peut-être inégalé dans l’histoire du tennis.

 

Toutefois j’aimerais donner quelques clés d’analyse qui me semblent difficile à contredire et qui permettent de faire avancer ces fameuses conversations de comptoir.

 

1. Pour dominer le circuit ATP sur plus d’un an il faut avoir un très bon service car :

  • C’est le coup le plus important du tennis actuellement avec le retour
  • Il va devenir encore plus déterminant pour les joueurs parce que :
    • Nous allons rentrer dans un cycle d’accélération des surfaces. Les directions des grands tournois ont ralenti les surfaces pendant 10 ans. Depuis 2016, de nombreux tournois ont commencé à amorcer une tendance inverse d’accélération des surfaces, à commencer par l’Open d’Australie.
    • Les joueurs ont tendance à être plus grands de génération en génération ce qui va augmenter l’efficacité des grands serveurs et rendre ce coup  plus prépondérant encore.

Pour qu’un joueur devienne numéro 1 mondial il a donc 2 solutions :

  • Avoir un grand service
  • Progresser substantiellement au service une fois dans le top 100. Qui a déjà réalisé cette performance? Nadal, Djokovic, Nishikori. J’ai beaucoup de mal à trouver un joueur du top 7 à avoir réussi cette performance. Cela relève donc de l’exception.

Il est donc plus sûr statistiquement parlant de parier sur l’émergence d’un joueur qui a déjà un grand service. On prend moins de risque. Dans notre langage de parieur on pourrait dire que la côte est plus basse 😉

 

2. Le top 10 est beaucoup plus accessible qu’on ne le pense.

Selon vous, combien de joueurs du top 100 sont d’anciens joueurs top 10? 26!

Plus d’un quart des joueurs ont déjà atteint le top 10.

Cette relative banalité du top 10 est dû à la méthode de comptabilité des points ATP. Il suffit à un joueur d’avoir été à ce classement une semaine pour être considéré comme tel.

Or, les joueurs jouent pour atteindre le meilleur classement possible en fin d’année et bien sûr gagner des titres. Ils ont tous en tête d’avoir le meilleur classement lors de la dernière semaine du circuit. Personne ne cherche à être au top le 3 mars (me demandez pas pourquoi j’ai choisi cette date).

Ainsi, des joueurs atteignent des objectifs que personne ne partage! On peut être un ancien top 10 et n’avoir terminé aucune année dans le top 15.

Si d’aventure, il vous arrive de pronostiquer qu’un joueur rentrera dans le top 10 rassurez vous, le risque que vous prenez n’est pas aussi élevé que vous ne l’imaginez.

 

3. Le classement ne valorise que très peu la régularité

Un joueur qui fait des montagnes russses en réussissant de grandes performances dans des tournois importants et qui connaît de nombreuses contre-performances par la suite sera avantagé par rapport à un joueur extrêmement régulier.

En effet, les points lors des Grands Chelems et des Master 1000 sont accordés selon l’avancée du joueur dans le tournoi. Les points reçus par un joueur explose lorsqu’il atteint la demie finale ou la finale.

Par exemple, en Grand Chelem

  • L’élimination au 1er tour rapporte 10 points
  • L’élimination en 1/4 de finale rapporte 360 points
  • La victoire finale rapporte 2 000 points

Il faut 36 1er tour en Grand Chelem à un joueur pour avoir autant de point qu’un quart de finaliste.

Il faut donc réaliser près de 6 quarts de finale en Grand Chelem (sur 1.5 an minimum donc) pour cumuler autant qu’un joueur qui gagne 1 Grand Chelem et ne participe pas aux autres tournois.

Vous avez compris le nombre de points distribués explose. Ainsi, quand vous choisirez votre favori pour les toutes première places dans les années à venir privilégiez un joueur à la Cilic plus qu’à la Goffin.

 

Donc on résume, vous êtes attablé au comptoir. La conversation glisse naturellement vers Roland Garros qui arrive dans quelques semaines. Pas de panique, trouvez un grand serveur, capable du meilleur comme du pire et affirmez qu’il sera “au moins dans le top 10”. Vous êtes en sécurité croyez moi 🙂

 

Au delà de mes conseils, qui voyez vous émerger dans les prochaines années?

 

 

2 Comments
  • Kam
    Posted at 14:33h, 24 avril Répondre

    Intéressant. Coric fait bonne impression!

  • Vincent
    Posted at 14:54h, 27 avril Répondre

    Clairement Zverev et Kyrios mais je pence que le jeune Kuznetsov a de bonne chance de faire une belle carriere ainsi que l’américain Tiafoe.

Laissez un commentaire !