Pourquoi le travail des bookmakers nous pousse à parier sur le tennis (féminin)

Pourquoi le travail des bookmakers nous pousse à parier sur le tennis (féminin)

Parier sur le tennis demande avant tout de comprendre les côteurs de tennis. Comme vous allez l’entendre dans le premier podcast du blog que je vais bientôt publier les bookmakers ont deux contraintes qui orientent énormément leur travail:

1. Les bookmakers sont moins efficaces dans leurs cotations sur des sports où ils manquent de statistiques. En effet, 80% du travail d’élaboration d’une côte est fait par des algorithmes qui, à l’aide de statistiques, définissent des probabilités de victoire qui sont ensuite transformées en côtes.
Il existe de grandes disparités dans le suivi statistiques des sports. Les sports nord américains sont décortiqués et produisent une quantité incommensurable de statistiques. A l’inverse, le tennis où les organismes régissant les circuits professionnels féminins et masculins (ATP et WTA) gardent la très grande majorité des statistiques et ne publient quasiment rien. En conséquence, les bookmakers ont plus de difficulté à fixer leurs côtes correctement sur le tennis.

2. Les bookmakers doivent se concentrer sur les sports qui représentent l’essentiel de leur activité. En effet, il est primordial pour les bookmakers d’être performants (i.e. proposer des côtes qui leur permettent de gagner de l’argent) sur les sports où la manne financière investie par les parieurs est importante.
En France, le football représente en 2015 près de 60% des paris devant le tennis (20%) et le basketball (11%). Ainsi, le football requiert une attention toute particulière au sein des salles de cotation. Le tennis arrive loin derrière dans la hiérarchie et fait l’objet de moins d’attention.
Toutefois, au sein des paris tennistiques, le tennis masculin représente 75% des paris. Ainsi, le tennis masculin rassemble 15% des mises pariées sur le sport en France et le tennis féminin seulement 5%, ce qui en fait le 4ème sport à égalité avec le rugby.
Gardez donc en tête que les bookmakers sont beaucoup plus attentifs à leurs côtes sur le circuit masculin que sur le circuit féminin.

Les tennis est un sport où les statistiques sont gardées secrètes. Ainsi, les bookmakers ne sont pas très performants sur le tennis.
De plus, le tennis féminin est peu prisé des parieurs ce qui en fait un sport moins étudié par les bookmakers et donc potentiellement sujet à des paris intéressants.

Laissez un commentaire !