Le rituel du parieur

Le rituel du parieur

Qui ne s’est jamais levé fatigué? Crevé, même après un café chaud et une douche froide. Les yeux lourds, le corps lents. Pendant longtemps je pensais que la nature humaine était ainsi faite, que nous étions voués à se réveiller fatiguer 5 jours sur 7. Tout le monde semblait le confirmer au bureau donc je prenais cela comme acquis. Puis j’ai fait la connaissance d’un ancien joueur du top 100 qui m’a expliqué ses rituels matinaux. A partir de ce jour, mes matins ont changé. Mon alimentation, mon activité et ma durée de sommeil ont une influence directe sur mon état au levé. Je le sais et je fais maintenant systématiquement attention à bien gérer ces trois variables.
Figurez-vous que le raisonnement est le même avec les paris sportifs. Qui n’a jamais rêvé du pari idéal? Une intuition, un pari rapide au détour d’un café et une côte gigantesque qui ouvre nos perspectives sur l’avenir.
Le pari parfait malheureusement ne ressemble pas à ça, pas du tout même et des gestes simples ont une grande influence sur nos performances à long terme.

 


1. Préparez vos paris
.

Il faut avant tout se renseigner. Au risque d’en étonner certains, cela prend du temps! Pour vous donner une idée, après avoir éliminé les paris où les côtes sont trop élevées ou trop basses,  je consulte SYSTEMATIQUEMENT:

  • Le classement ATP,
  • Les 10 derniers matches de chaque joueur
  • Les 10 derniers matches de chaque joueur sur la surface concernée,
  • L’historique des confrontations entre les 2 joueurs,
  • L’actualité de chaque joueur (blessure, changement d’entraîneur),
  • La météo (très important la météo!).

 

Ces vérifications ne sont que les deux premières étapes de ma routine en 5 étapes d’analyse pour placer un pari. Pour plus d’informations sur ma façon de parier écoutez le podcast que j’ai réalisé avec Benoit Tréanton.
 Pour revenir à mon rituel pour parier, je n’ai jamais réussi à faire cela en moins de 20 minutes. Dégagez donc du temps. Ne vous mentez pas à vous même en pariant en 5 min.

 


2. Coupez entre la préparation et le pari
Tous les parieurs ont le même défaut. Ils pensent à un pari puis essaye de trouver toutes les raisons possibles et imaginables pour confirmer l’intuition qu’ils ont eu.

 

Ce problème est encore plus développé lorsqu’un parieur a discuté de son pari avec une autre personne. D’un point de vue symbolique, il s’agit presque d’un engagement dans la tête du parieur. A ce stade, on frise généralement la maladie mentale. Rien ne pourra le faire dévier de sa recommandation. Rien.

 

J’ai pendant longtemps lutté contre cette tendance à vouloir conforter sa première opinion. Ma solution, simple mais efficace, est de réaliser une activité différente entre la préparation et l’acte de validation du pari. J’ai pensé à cette astuce en m’inspirant de la manière avec laquelle j’écris. Après avoir rédigé un document, je le relis quelques jours après avec le recul nécessaire pour l’amender et constater ses défauts. Cela me permet de faire la différence entre ma personne (ce que je suis) et la qualité de mon document.

 

Je n’ai généralement pas plusieurs jours avant de décider si je parie ou non sur un matche mais je me laisse systématiquement au moins 30 min pour faire une autre activité. Grâce à cela j’ai abandonné BEAUCOUP de paris perdants.

 


3. Soyez dans le bon état d’esprit.
Il est très important d’être dans un bon état d’esprit lorsqu’on pari : alerte, positif et motivé. Au lieu de vous dire tout ce que vous ne devez pas faire pour être dans un mauvais état d’esprit, et sous-estimer les vicissitudes de la vie de chacun, voici quelques situations qui fonctionnent bien pour moi:
  • Faire du sport avant de parier. Se vider l’esprit avant de parier et être relâché est vraiment déterminant pour moi.
  • Parier après avoir médité. Cela peut paraître étrange à certain. Mais je médite 10 min de temps à autre et cela me permet vraiment de m’apaiser pour le reste de la journée.
  • Parier le matin (après la douche) car c’est simplement la période où je suis le plus efficace
  • Ne pas parier sur la digestion, où on se sent  souvent lourd et un peu endormi. D’ailleurs qui arrive à être efficace au bureau entre 13h30 et 14h30? Alors, pourquoi jouer de l’argent à ce moment là?
  • Parier à mon bureau (pas depuis mon canapé ou mon lit) car cela me rappelle que c’est une activité sérieuse qui demande de l’analyse et de l’application.

 


4. Ritualisez vos paris
N’en déplaise aux détracteurs des paris sportifs mais parier régulièrement est une bonne chose. Le meilleur moyen d’éviter que cela se transforme en addiction stérile consiste à parier au même moment chaque semaine.

 

    • Cela évite de parier toujours plus et de manière irréfléchie. Si d’aventure mon esprit est pris dans les paris sportifs, c’est bien simple je passerais plus de temps dans l’analyse mais mes paris seront toujours aux mêmes moments.

 

  •  Cela permet aussi d’avoir un cadre qui nous tourne, nous parieurs, vers le moyen terme. Avoir des rituels de paris nous permet de traverser plus sereinement les moments d’euphorie et de doutes. Souvent les parieurs amateurs s’arrêtent de parier quand ils perdent ou parient sans se contrôler quand ils gagnent. A chaque fois, ces problèmes s’expliquent par une surévaluation des résultats à court terme. Avoir un rythme de paris permet d’éviter cet écueil.

 

Chacun de ces conseils m’a permis de faire exploser l’argent que je gagne dans les paris. J’espère qu’il en sera de même pour vous.
2 Comments
  • Pierson Yves
    Posted at 08:40h, 09 avril Répondre

    Je fonctionne déjà un peu comme vous le conseillez donc nous sommes d’accord qu’il ne faut hésiter à élargir le champ des paramètres à prendre en ligne de compte. Perso je surveille aussi tjrs les périodes de montées de la pleine lune ; dans ces périodes, on a davantage d’énergie et d’impulsivité…

  • lionel
    Posted at 15:38h, 08 juin Répondre

    ok, mai c’est quand vos pronos gratuit ?????

Laissez un commentaire !